Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Quartiers Pirates

N'importe quoi mais culturel, sexy, ou drôle, ou les trois

Film : Dont Look up

 

Je le savais...
Je n'aurais pas du visionner ce film.
Cette Bouse devrais-je dire.
J'ai échappé à Star Wars quand il est sorti, à Titanic, à Avatar, à Harry Poter, à Bienvenu chez les Ch'tis, au Grand Bleu, aux Choristes... que sais-je ?
Quand on te dit qu'un film est génial, fabuleux, fantastique et que, cerise sur le cinéma, il passe un message pas piqué des hannetons....
Fuir.
Vite.
Loin.

Et puis voilà.
Je dois vieillir. Non soyons clair, je deviens carrément gâteux.
Tous les signaux habituels étaient là pourtant.
Ce n'est pas d'une comète qui va détruire la terre que parle ce film mais c'est une ellipse subtile pour parler du réchauffement climatique avec tous les problèmes que peuvent avoir "en vrai" les scientifiques pour se faire entendre, les médias, les élus et les milliardaires. Le milliardaire du film est d'ailleurs un intelligent meltingpot  entre les trois hommes les plus riches de la planète.
Au secours !

Et de fait...
Un film qui ne restera pas dans les souvenirs c'est le moins que l'on puisse en dire.
Un machin qui hésite entre grosse farce et délire nullissime. Des personnages caricaturaux à l'exception presque unique des deux héros. Meryl Streep qui aura sans doute longtemps honte de son rôle de présidente, moche, bête, totalement caricaturale, et qu'elle joue mal de surcroit. Tu m'étonnes. Comment pourrait-on jouer correctement un tel rôle ?
La honte.

Le scénario est indigent comme toujours dans ce genre de film. On sait, dès le début tous les ressorts de l'intrigue. Le scientifique intègre qui se retrouve embarqué dans ce cirque avant de se rendre compte du malaise et de revenir à la raison. Sa collaboratrice qui reste intègre, se fait virer de partout (Logique), et commence une histoire d'amour avec un mauvais garçon... mais si charmant en fait.
Une première tentative pour faire exploser la comète, hallucinante de nullité et de poncifs faits et rebattus dans des dizaines de films, échoue.
Tiens ! Quelle surprise !
Mais c'est pour que le méchant milliardaire, manipulateur, visionnaire mais à moitié fou (Tiens !) puisse se faire encore plus de blé en imposant son système de récupération des métaux rares de la comète.
Au bout du compte, la seule question qui se pose c'est : "Vont-ils tout faire péter... ou pas ?".
Je me suis dit, s'ils ne font pas tout péter ce sera la seule surprise du film.
Eh bien (Spoil mais on s'en fout vu le navet) tout pète.
Ah bon, même pas ça.
Et comme ce serait quand même un peu tristounet de finir sur une mauvaise note et qu'on n'a peur de rien pour vous faire savoir que tout cela n'est qu'une blaguounette, on rajoute une double fin hallucinante de bêtise.

Alors ne venez pas me soutenir que cet étron dopé de 75 millions de dollars a un message à passer.
Le seul message que nous passe ce film, c'est que le cinéma, ça peut être mauvais.
Très très très mauvais.
Et pis c'est tout !


 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article