Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Quartiers Pirates

N'importe quoi mais culturel, sexy, ou drôle, ou les trois

Le cliché

Catalina le regarde en souriant et lui lance.

‒ Oh dis, et si je faisais une photo !

Pedro lui rend son sourire et répond du tac au tac.

‒ Mais oui, c’est une très bonne idée. Et je pourrai en faire une aussi ?

‒ Peut-être.

Il sourit derechef. Bien joué Pedro. Un restaurant à 250 euros par tête, un costard à 850 euros, le meilleur coiffeur de Paris à 500 euros et « Balafre » pour homme de Lancôme à 30 euros le flacon, il fallait ça pour réussir à sortir cette pimbêche du service commercial.  Mais c’est gagné. Si elle veut le prendre en photo, c’est qu’elle le trouve particulièrement beau voire sexy et du coup… le plumard n’est pas loin.
Elle sort un petit appareil photo très vintage. Ce n’est pas pour l’étonner d’une gonzesse qui vient au boulot en tailleur Chanel et qui porte, pour ce premier restaurant à deux,  une robe décolletée à 300 euros le mètre carré. Ne parlons même pas des chaussures à  talons de dix centimètres au dos rouge évocateur. Même lui, il connait les Louboutins, en tout cas leurs prix.

La fille la plus chère qu’il se soit faite. Quand il dira ça aux copains.
Quoi ?
Visiblement, pendant qu’il réfléchissait elle continuait de causer. Il remet en mode « Ecoute ».

‒ Une petite machine super sympa qui a l’air d’un vieil appareil des années cinquante mais qui est, en réalité, une merveille technologique. Je prends l’image et aussitôt, rien qu’en appuyant sur ce bouton, je peux la cadrer, la retravailler et la mettre sur Facebook et Instagram dans l’instant.

Qu’est-ce qu’il en a à foutre, franchement ?
Encore un truc pour nanas qui ne savent comment dépenser leur fric. 
Plutôt que d’essayer de comprendre l’intérêt d’une bêtise pareille, il préfère prendre la pose du « Mâle qui sait qu’il est classe et qu’il aura du succès et des femmes ». Elle ajuste son « miracle technologique » et…  prend froidement son assiette en photo.
N’importe quoi !
Il en reste comme deux ronds de flan.
Elle se lève dans un rire plutôt crispant.

‒ Quand les copines vont voir que j’ai mangé des Langoustines rafraîchies au caviar chez Alain Ducasse au Plaza Athénée, et avec toi en plus, elles vont être vertes. Surtout Sabine qui avait parié cent euros que, pingre comme tu es, tu ne le ferais jamais. YEEES !

Elle traverse le restaurant dans la fragrance de son parfum chic en lui lançant pour finir.

‒ Je m’excuse, je ne finis pas mon menu. Ce genre de repas, c’est un peu trop lourd pour ma ligne.

Il fixe un long moment l’endroit où la gracieuse silhouette a disparu. Une envie de saisir le bidule rafraîchi à la noix, de le balancer dans la pièce, puis de tout casser histoire de se calmer.

‒ Encore un verre de Mouton Rothschild 82, Monsieur ?

Le loufiat penche déjà  la bouteille entamée vers son verre en cristal.
Et puis zut, il va se soûler la gueule tiens !
Au Mouton Rothschild 82, pourquoi pas ?
On fait pire comme bibine.
Et tout bouffer, ses plats et ceux de la conasse.
Ensuite, il enverra  les photos de ce qu’il a bâfré aux copains pour leur prouver qu’il  sait vivre et qu’il est capable de dépenser  beaucoup pour bien manger.
Lui.
Seul.

Photo : Isabelle Sweetginger

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article