Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Quartiers Pirates

N'importe quoi mais culturel, sexy, ou drôle, ou les trois

Ma vie avec Annabelle

 

Debout devant la fenêtre ouverte de mon bureau, je regarde le lac qui miroite dans le jour qui descend. Après une semaine d'une pluie froide, insidieuse, pénétrante, le ciel s'est brusquement ouvert d'un chatoiement de fête, d'un grand soleil, de nuages orangés bordés de rose, d'un soupçon de chaleur. Dans la haie du jardin, le printemps commence à chanter de ses moineaux moqueurs.
C'est un soir où l'on penserait que la vie est belle, qu'un beau ciel en apportera d'autres plus riches encore, que demain il fera beau, que nous irons au marché, que je dessinerai une femme belle comme Annabelle, un Splogofpft amusant, écrirai deux, trois lignes sur le printemps.
Pourtant...
Un fou vient de déclarer la guerre à l'Ukraine. Bombardements, destructions, cadavres, les humains ont retrouvé le chant de la haine, de la violence et de la peur.
L'ont-ils jamais perdu ?
Un fou menace le monde, parle de nazisme, ment, crache, agonit d'injures.
Un fou hésite devant le bouton de la bombe atomique.
Appuiera-t-il ? N'appuiera-t-il pas ?
Suspense...
Je songe...
Combien de temps nous reste-il à vivre ?
Un bruit derrière moi, la porte vient de s'ouvrir.
Annabelle, superbe dans un chemisier rouge, une jupe noire souple qui ondule sur ses hanches.
Un doigt sur les lèvres.

- Chut !

- Mais ?

- Viens...

Nous sortons.
La nuit est presque là qui nous enveloppe d'un duvet de velours bleu. Un dernier éclat de couleur éclate au ciel en jaillissement pourpre-orangé.
Il fait bon.
Il fait une douceur de fin du monde.
Annabelle à mon bras.
Bonheur.
Nous nous asseyons au bout de la longue plage de sable luisant sous les première étoiles. L'eau a des reflets d'argent, des ondes scintillantes.
Silence.
Un poisson saute dans l'air en un jaillissement de cristaux liquides. Le clappement de son corps lorsqu'il retombe brise un instant l'espace.
Silence.
Je cherche le regard d'Annabelle, le trouve. Ses yeux noirs luisent dans le noir.
Elle me sourit.
Je prend son visage dans mes mains, le caresse à gestes doux.
J'approche ma bouche.
L'embrasse longuement.
Profondément.
Le temps se fige qui n'a plus d'importance.
Mourir, sans doute...
Mais de mort lente.

Photo : Gina Carla

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article